Acheter et faire monter ses pneus moto chez un spécialiste

pneus moto
Il s’agit certainement de l’un des sujets de discussion les plus enflammés chez les conducteurs de deux roues. Comment bien choisir ses gommes ? Il faut dire que les fabricants proposent différents modèles en fonction des routes empruntées, de la météo ou encore du style de pilotage. Comment trouver celui conçu spécialement pour vous ? Vous le saurez en découvrant dès à présent toutes les informations contenues dans le texte ci-dessous !

Plusieurs types de gommes

Ne comptez surtout pas sur les magazines spécialisés pour vous aider dans votre choix. Les résultats de leurs essais correspondent en effet à une moto en particulier et à un style de pilotage précis. Ne leur donnez donc pas trop d’intérêt. N’oubliez pas non plus que la très large majorité des motards n’exploitera jamais l’intégralité du potentiel de ses pneus moto ! Pour en découvrir les limites, le mieux reste encore de vous rendre sur une piste fermée et sécurisée.

On trouve sur le marché essentiellement deux types de gommes. La première, qualifiée de sportive, favorise la performance. Elle facilite les changements d’angle et l’adhérence en virage. Néanmoins, de tels pneus ne donnent leur maximum que dans des conditions (pression, température etc) bien précises. De plus, comme expliqué lors du paragraphe précédent, rares seront les pilotes à en exploiter tout le potentiel…

C’est pourquoi il est fortement recommandé de se tourner vers la seconde gamme. Développée pour un usage au quotidien, elle combine sécurité et durabilité. Son action sera optimale dès les premiers kilomètres de route. Disponibles en pneus hiver ou en pneus été, ses gommes se montrent de plus bien plus abordables financièrement parlant qu’un pneu dédié à la performance.

Respecter les dimensions de la jante

Depuis quelques années, les fabricants de gommes proposent des modèles sortant de l’ordinaire sur le plan de l’esthétique. Il s’agit par exemple des versions « taille basse » (disponibles également en pneus auto). L’utilisateur peut également avoir la volonté de monter à l’arrière un modèle plus large que celui conseillé par le concepteur de la moto. Est-ce réellement possible ?

Sur le plan technique, il est envisageable de répondre à de telles demandes. La seule limite reste le respect des dimensions de la jante. Si cette dernière est trop étroite, le pneumatique va alors se bomber ce qui exposera plus fortement sa carcasse. Son usure sera logiquement accélérée à cause d’une surface de contact amoindrie avec la route et votre sécurité ne sera donc pas totalement assurée. En cas d’accident, le fournisseur de la gomme ne pourra donc pas être tenu pour responsable. N’oubliez pas enfin que modifier le comportement de votre moto par rapport à sa configuration à sa sortie d’usine doit faire l’objet d’une visite d’homologation par le service des Mines.

Le mieux à faire reste sans doute de conserver le type de pneu prévu pour votre machine. Si vous tenez malgré tout à effectuer ce genre de modifications et que vous n’êtes pas un as de la mécanique, rapprochez-vous d’un spécialiste. Celui-ci vous donnera de précieux conseils et pourra même effectuer les changements de jantes et/ou le montage de pneus !

Une période de rodage nécessaire

Si vous vous souvenez de votre période d’apprentissage à la conduite d’un deux roues, la période de rodage des pneus n’est une chose inconnue pour vous ! Pour tous les autres, soyez tranquille ! La plupart des vendeurs et des concessionnaires moto sauront vous rappeler cette règle de sécurité essentielle. Une gomme sortie d’usine (pneus pas chers comme les plus grandes marques) va avoir une forte tendance à glisser sur l’asphalte. Elle est en effet recouverte d’une fine couche de paraffine présente pour améliorer sa durabilité. Le rodage consiste justement à l’ôter.

La durée de cette période variera en fonction du type de route emprunté et de votre style de pilotage. Elle se comptabilise en kilomètre (entre 20 et 100 kilomètres au maximum). Attention, veillez bien à ôter la paraffine également sur les flancs. Celle présente sur la bande de roulement s’enlèvera, elle, très rapidement (à peine quelques kilomètres durant la saison estivale). Pour agir sur les flancs, vous allez devoir mettre un peu d’angle. Profitez des virages et des ronds-points pour cela, mais attention à ne pas dépasser la limite sous peine de chute. Vous avez également possibilité d’enlever la couche de protection en frottant avec un chiffon et un flacon de trichloréthylène (si vous n’en possédez pas, du dégraissant pour freins fera tout aussi bien l’affaire) mais surtout beaucoup d’huile de coude !

Attention au stockage !

Ce que l’on sait en revanche un peu moins, c’est qu’un pneu moto ne se stocke pas dans n’importe quelle condition ! Celui doit nécessairement être rangé dans un lieu avec une température tempérée et à l’abri des rayons solaires et de l’humidité. Ne les stockez pas non plus à proximité immédiate de produits chimiques tels des solvants. Ceux-ci sont en effet en capacité d’altérer les performances naturelles de la gomme. Pour réduire ce risque, prenez soin d’emballer vos pneus moto dans de l’aluminium.

Il est également fortement conseillé par les spécialistes de le suspendre afin d’éviter une déformation de la structure (stockage à la verticale) à cause du contact avec le sol ou encore un écrasement des flancs (stockage à l’horizontale). En dépit de toute votre attention et de vos soins, gardez bien en tête que les gommes ont une durée de vie limitée. Après quelques mois seulement, vous constaterez un dessèchement et la formation de crevasses à sa surface. Ce processus sera encore plus rapide pour une gomme déjà rodée, c’est-à-dire dépourvue de sa surface de protection en paraffine. Par conséquent, si vous roulez uniquement à la belle saison, pensez à les remplacer à la sortie de l’hiver.


Les différents types de permis de conduire moto
Comment assurer un scooter électrique ?